TITRE PROFESSIONNEL : Gestionnaire de paie : Le (la) gestionnaire de paie assure le suivi, le contrôle de fiabilité, l’analyse et le traitement des informations sociales collectées afin de réaliser un traitement fiable de la paie. Il (elle) la vérifie en fonction de la législation, des conventions collectives et des contrats de travail.

TITRE PROFESSIONNEL : Gestionnaire de paie
Titre professionnel gestionnaire de paie

Liste des activités types et des compétences professionnelles, attendu au titre professionnel gestionnaire de paie.

  1. Assurer la tenue et le suivi du dossier social de l’entreprise
    Analyser et assurer la gestion des informations liées aux relations de travail
    Collecter les informations et traiter les événements liés au temps de travail du personnel
    Assurer les relations avec le personnel et les tiers
  2. Assurer la production de la paie et élaborer les données de synthèse
    Réaliser et contrôler les bulletins de salaire
    Etablir et contrôler les données de synthèse à partir de la production des bulletins de salaires

Compétences transversales de l’emploi (le cas échéant), attendu au titre professionnel gestionnaire de paie.

Contrôler la validité des règles
Anticiper pour organiser la production

Niveau et/ou domaine d’activité (rubrique RNCP)
Niveau 5 (Cadre national des certifications 2019)
Convention(s) : Néant.
Code(s) NSF :
315 t – Ressources humaines, gestion du personnel, organisation du travail

Assurer la tenue et le suivi du dossier social de l’entreprise.

A partir de la législation sociale, des conventions collectives, de l’évolution de la réglementation des
organismes sociaux et dans le respect des directives assignées, le gestionnaire de paie assure une veille
afin de maintenir le dossier social de l’entreprise et les dossiers individuels des salariés. Il répond aux
demandes d’information des interlocuteurs internes et externes à l’entreprise. Il prépare les paramètres et
les variables qui permettront de fiabiliser le traitement de la paie.


En entreprise, il ne met généralement en œuvre qu’une convention collective alors que dans les autres
contextes, il travaille avec plusieurs.

Dans les grandes entreprises, les travaux sont répartis entre plusieurs intervenants au sein d’équipes. Les
tâches de veille sociale peuvent être réalisées avec le concours d’un avocat en droit social. Dans les
structures de taille plus petite, il travaille de façon plus autonome. Dans le cadre d’un contrat d’assistance il
peut faire appel aux conseils d’un cabinet ou d’un prestataire.


Même s’ils peuvent différer selon l’organisation des structures, les interlocuteurs sont : responsable
hiérarchique (chef d’entreprise dans le cas de petite ou moyenne structure), salariés, juriste,
correspondants paie, expert-comptable, correspondants des organismes sociaux, responsables de
services internes.


Le gestionnaire de paie est responsable de la mise à jour et du suivi du dossier social et des dossiers
individuels.


Le gestionnaire de paie réalise les différentes tâches assignées par sa hiérarchie en toute autonomie. Les
informations transmises à l’extérieur peuvent engager la responsabilité légale de l’entreprise ou du
prestataire de service. En cas de risque de mise en cause juridique détectée lors du traitement des
données, le gestionnaire de paie rend compte, propose des solutions et sollicite l’accord de son
responsable.

Cette activité se situe en amont de la production des bulletins de salaires et s’inscrit dans les mêmes
contraintes de respect des délais et de confidentialité des données.

Assurer la production de la paie et élaborer les données de synthèse.

A partir des paramètres et variables collectés à l’externe et à l’interne, le gestionnaire de paie organise et
réalise le traitement de la paie. Dans le respect des délais, il élabore avec rigueur les données de synthèse
qui en résultent pour assurer une production fiable.


La conduite de l’activité peut être très différente selon l’organisation et le degré d’externalisation choisis.
Certains éléments, édition des bulletins de salaires par exemple, peuvent alors être sous-traités à
l’externe. Le contrôle des données reste à l’interne.

Dans une entreprise moyenne le gestionnaire de paie gère l’ensemble des tâches, alors que dans une
grande entreprise celles-ci sont réparties en fonction de l’organisation du système d’information.
Même s’ils peuvent différer selon l’organisation des structures, les interlocuteurs sont : responsable
hiérarchique, correspondants paie, correspondants des organismes sociaux, correspondants des soustraitants.
Les différentes tâches sont menées en toute autonomie sous la responsabilité de sa hiérarchie. En relation
directe avec les destinataires de ses productions et en fonction des événements, le gestionnaire de paie
apporte les corrections nécessaires à la prestation du service.


Le gestionnaire de paie est responsable du bon déroulement des procédures. Lorsque des tâches sont
sous-traitées à l’externe, il assure un contrôle des informations reçues. Il est garant de la qualité et de la
confidentialité de la production.


Il utilise différents logiciels selon les structures : logiciels de suivi des temps, de gestion de la paie, de
production des déclarations sociales, interfaces liées à la dématérialisation de l’activité, outils bureautiques
avec notamment une utilisation importante du tableur.


L’organisation du travail doit permettre de respecter les délais légaux de réalisation ainsi que les
engagements qualité de l’entreprise.

La production des bulletins de salaires qui structure l’emploi, se déroule tout le long du mois et se
décompose en trois phases : saisie des informations, traitement des bulletins de salaires et édition/contrôle
des bulletins. Ce cycle peut être réitéré, complètement ou partiellement, lorsque des erreurs sont
détectées.